Les qualités physiques du footballeur de haut niveauLes principales qualités physiques du footballeur de haut niveau sont dans le désordre : L’endurance, la vitesse, la souplesse, et la force aussi appelée puissance. Toutes ces qualités permettent aux joueurs modernes de répéter des efforts brefs et intenses pendant toute la durée d’un match. Grâce à l’évolution de la science et des technologies. Il devient possible de préserver les qualités physiques du footballeur de haut niveau durant toute la saison.

Ceci est déjà vrai en école de foot dès l’âge de 14 ans en suivant les recommandations du programme d’entrainement FIFA 11+. Ce qui explique pourquoi l’on rencontre de plus en plus de très jeunes joueurs possédant toutes les qualités physiques et athlétiques pour évoluer au plus haut niveau. Aujourd’hui dans les centres de formation de football. Les plus jeunes pensionnaires sont sélectionnés sur ces critères et soumis à un entrainement drastique, afin d’améliorer leurs performances physiques.

Quelles sont les qualités physiques du footballeur de haut niveau

Si la vitesse, la souplesse et la puissance sont des qualités innées. Un bon travail de préparation physique permet toujours d’améliorer ses qualités. C’est encore plus vrai pour l’endurance ou ce que l’on appelle dans le jargon la capacité aérobie.

En effet, le développement de la capacité aérobie et le socle physiologique qui permettra au footballeur de développer l’ensemble des autres qualités. Pour rappel, la capacité aérobie est l’aptitude d’un individu à durer dans le temps en utilisant au mieux l’oxygène disponible afin de fournir un maximum d’énergie.

L’endurance une des qualités physiques du footballeur indispensable

L’endurance est en effet une qualité fondamentale de la performance en football. Car elle permet de maintenir l’effort tout au long d’un match de football. Sans elle il est impossible au joueur d’exprimer pleinement leur qualité technique aux tactiques.

Ainsi, l’endurance ou la capacité aérobie est une qualité indispensable dans l’optimisation des autres facteurs de performance, comme la puissance et la vitesse. À tel point qu’aujourd’hui dans le football moderne l’endurance est au centre du développement de l’ensemble des autres facteurs de la performance.

Les qualités physiques du footballeur de haut niveauEntraînement physique intégré et endurance

L’optimisation de l’endurance est une condition nécessaire à la réalisation de meilleures performances en football durant toute la saison. Il existe plusieurs méthodes pour développer l’endurance : entraînement continu, intermittent, le fractionné ou la préparation physique intégrée.

Les différents types d’endurance

Lorsque l’on parle d’endurance, on fait référence à différentes formes en fonction de l’objectif visé. Ainsi l’endurance prend plusieurs formes à savoir : l’endurance fondamentale, l’endurance capacité aérobie, l’endurance puissance aérobie, l’endurance résistance, sans oublier l’optimisation de la vitesse maximale aérobie VMA ou de la vitesse associée à la VO2 Max.

Lire  Comment gagner en masse musculaire pour le football

Entraînement de l’endurance

La période d’entraînement d’endurance s’étale en générale sur une période de sept semaines de préparation. Elle est composée de deux semaines de travail de base d’endurance fondamentale et de capacité aérobie, quatre semaines de travail spécifique de capacité aérobie et de puissance aérobie et une semaine d’affûtage pour la préparation à la compétition.

L’endurance fondamentale

L’endurance fondamentale se travail en effectuant un entraînement à une vitesse supérieure à 50 % de la VMA. Ce travail se fait généralement en début de saison. Le travail d’endurance fondamentale permet aux joueurs de constituer la base de sa condition physique. Avant de pouvoir se lancer dans une séance de préparation plus spécifique. C’est aussi l’occasion pour les joueurs en surpoids après les vacances de retrouver un poids de forme avant la reprise des compétitions.

Puissance aérobie

La puissance aérobie correspond à l’intensité à partir de laquelle le potentiel d’endurance est optimisé. Elle représente la capacité à maintenir des courses de haute intensité. La puissance aérobie se travaille à une vitesse comprise entre 90 et 120% de la VMA. Elle se développe à partir de la deuxième à la troisième semaine d’entraînement avec une évolution des intensités, de la durée des blocs, du nombre de blocs de travail et de la forme de travail.

Les exercices intermittents de courses de courtes durées en ligne puis en navette au cours de la saison sont les plus utilisés. Ce sont essentiellement des exercices intermittents de type 30-30, 45-15, 20-20, 15-15, 10-10 et 5-25 (temps de travail – temps de récupération en secondes).

La capacité aérobie

La capacité aérobie se travaille à une vitesse comprise entre 70% et 85% de la VMA. Il est conseillé de se baser sur des fréquences cardiaques se situant entre 150 et 170 battements par minute. Elle est également utilisée en début de saison sur la base de footing afin de préparer le terrain physiologique, de développer les structures physiologiques spécifiques à l’endurance et de trouver une aisance respiratoire.

Le cycle est très court, de l’ordre de 2 à 3 semaines. La capacité aérobie est préconisée également comme intensité pour la récupération. Le travail en capacité aérobie se fait en se référant à la fréquence cardiaque, à la VMA ou aux seuils. L’enchaînement des matches et des entraînements contribue à maintenir la capacité aérobie à sa valeur optimale.

Lire  La préparation physique football en début de saison

La vitesse Facteur X dans le football professionnel

Mbappe-Les qualités physiques du footballeur de haut niveauC’est la capacité à répéter des sprints au niveau le plus élevé. Le travail de vitesse rentre en ligne de compte aux environs du milieu de la préparation initiale à partir du moment où le joueur est en mesure de le supporter sans contraintes. C’est un travail qui associe explosivité, force et vitesse. L’objectif principal est de maintenir le plus longtemps possible l’explosivité tout au long du match. Il s’agit de pouvoir répéter des séries de sprints durant l’intégralité du match et sans une baisse importante de performance.

La performance physique d’un joueur de football est très souvent liée à sa capacité à réitérer des sprints à un niveau optimal. Dès lors rien de surprenant que la performance du footballeur de haut niveau soit très souvent corrélée à ses qualités de vitesse, ou de vivacité. La vitesse représente ainsi un élément fondamental pour le football actuel. Durant un match, un joueur effectue 600 mètres environ de sprints à une vitesse supérieure à 20 km/h. La vitesse est une qualité multi-composante qui nécessite à la fois des qualités de souplesse, flexibilité, de coordination, et de force.

Différentes formes de vitesse

Les facteurs de développement de la vitesse sont le temps de réaction, la vitesse gestuelle et la fréquence gestuelle. La vitesse est multifactorielle et existe sous différentes formes :

Vitesse maximale

Elle représente la vitesse maximale que peut atteindre un joueur lors d’un sprint ou d’une accélération. Elle varie en fonction des individus et peut être atteinte sur des distances qui diffèrent selon les postes et les organisations de jeu.

Précision : la vitesse maximale des joueurs est atteinte après 18 m, quel que soit le poste occupé.

Vitesse courte

Elle englobe la capacité d’accélération et d’atteinte de la vitesse maximale sur des distances courtes (5 à 20 m). Les scores sont directement influencés par la capacité de réaction, d’anticipation et d’action. Ces actions courtes nécessitent une qualité d’appuis et de fréquence gestuelle inhérente à l’activité du footballeur faite de changements de directions et de rythmes.

Lire  La préparation physique football en début de saison

Vivacité

Elle représente la capacité d’un sportif à effectuer des actions rapides sur quelques mètres tout en changeant de direction de manière tout aussi rapide. La qualité des appuis, le rythme et la fréquence gestuelle sont essentiels à ce niveau. La vivacité est régulièrement travaillée la veille des matches avec des exercices d’appuis, des changements de direction tout en combinant l’utilisation de différents stimuli visuels, sonores ou gestuels.

Vitesse-coordination

 Elle consiste à maîtriser des actions dans des situations prévisibles (automatismes) ou imprévisibles (adaptation). Ceci afin de les exécuter de façon économique et d’apprendre rapidement les mouvements, avec une certaine vitesse. Elle se travaille à base d’actions et de gestes techniques (dribble, enchaînement contrôle-passe, etc.) à une vitesse optimale.

Survitesse

Elle consiste à courir à une vitesse supérieure à la vitesse optimale. Afin d’habituer les joueurs à de nouvelles fréquences gestuelles et à d’autres éléments de la technique de vitesse. Ces exercices sont en général effectués sur une pente inclinée de 3 à 5% au maximum.

Vitesse-endurance

Elle représente la capacité du joueur à effectuer des répétitions de sprints courts ou longs sans perte de vitesse. Ce travail permet de répéter des sprints et de maintenir le plus longtemps possible la vitesse maximale. Cette forme de vitesse est rattachée aux exercices intermittents intenses de courtes durées. Au cours desquels les joueurs doivent effectuer un certain nombre de sprints. Avec un temps de récupération défini au préalable et avec une performance métrée à réaliser.

Vitesse-force

Elle est directement influencée par la force des membres inférieurs et des muscles de la ceinture pelvienne. De ce fait l’entraînement de la vitesse doit être accompagné par un entraînement en force. D’autres méthodologies d’entraînement permettent de travailler à la fois en force et en vitesse. Il s’agit d’effectuer diverses actions rapides tout en étant soumis à une charge (ou équivalent). Tels que les harnais de résistances, les élastiques, les terrains boueux, le travail en côte, les fosses de sable ou encore le poids d’un adversaire.

Vitesse-puissance

Elle peut être travaillée en côte par des exercices sur des pentes inclinées de 10-15% ou lors d’un travail en escalier sur des marches basses.

J’espère que cet article t’a aidé à mieux comprendre quelles sont les qualités physiques que doit posséder un footballeur moderne.

Netsyscom

Author Netsyscom

More posts by Netsyscom

Laisser un commentaire

Open chat